Flash-back sur un marché immobilier prospère en 2017

Man giving keys from house in a real estate agency.

L’immobilier avait connu une crise depuis une dizaine d’années au travers des difficultés d’emprunts et des prix des biens toujours plus à la hausse. Après une année record en 2016, les prévisions s’effectuaient de façon prudente par les spécialistes en ce qui concerne 2017.

Le motif principal en était les élections présidentielles de mars, car cet événement a eu de tous temps un impact sur les décisions des Français en matière d’immobilier.

Toutefois, nous avons assisté de nouveau à une année prospère tant dans l’immobilier ancien que les constructions neuves.

L’immobilier : investissement préféré des Français

L’immobilier représente pour les Français, au-delà du placement financier, un réel reflet d’une certaine réussite et un atout pour la transmission de patrimoine à leurs enfants.

Si l’on regarde dans les autres pays européens dans ce domaine, on constate une grande disparité de la propriété d’occupation très souvent liée au parc social de logements.

C’est ainsi qu’en Allemagne, le secteur locatif représente 40%, entretenu par des lois strictes sur les droits des locataires et la stabilité des loyers. En revanche, l’Espagne, ayant bénéficié de politiques de soutien en faveur de l’accession à la période franquiste, a conservé un taux élevé de propriétaires, même si aujourd’hui, une grave crise en 2008 dans l’immobilier et la conjoncture rendent très difficile cette accession pour les plus jeunes.

Il est notoire que les Français sont, en Europe, frileux, voire craintifs en ce qui concerne les placements financiers. Seule l’assurance-vie représente à leurs yeux la solution la plus fiable pour épargner ; en effet, les contrats d’assurance-vie représentent les ¾ des placements, car  ils permettent la  constitution d’une épargne sur le long terme.

Le faible rendement des divers autres placements ainsi que les points positifs liés à l’accession renforce l’attrait pour l’immobilier.

Les leviers qui ont permis les accessions à la propriété

Les différentes mesures mises en place ces dernières années ont favorisé les décisions d’accession.

Les taux extrêmement bas de ces dernières années (1,5% alors qu’ils avaient atteint jusqu’à plus de 5%) ont facilité les accords d’emprunt notamment en permettant l’allongement de la durée réduisant ainsi le montant des remboursements mensuels.

Le prêt à taux zéro, prêt complémentaire sans intérêt a favorisé l’accession aux primo-accédants et aux ménages les plus modestes.

La loi Pinel, permet l’investissement locatif, dans des programmes immobiliers neufs par la contre partie de réduction d’impôts en fonction du montant de l’acquisition.

Les états d’âme…

En 2017, tous ces leviers ont permis de conforter les résultats de 2016. Mais, au-delà de ces points concrets qui ont permis une année prospère, les observateurs s’accordent à dire qu’ils sont aussi dus à une certaine confiance en l’avenir retrouvée.

En effet, selon l’indice de confiance, dont on mesure l’évolution, c’est la confiance en l’avenir de l’économie qui a eu la plus forte progression, donnant ainsi du souffle aux projets immobiliers.